Dima Abdallah

Née au Liban en 1977, Dima Abdallah vit à Paris depuis 1989. Après des études d’archéologie, elle s’est spécialisée dans l’Antiquité tardive.

Mauvaises Herbes est son premier roman. Avec une écriture ciselée, elle raconte son enfance durant la guerre civile, et l’histoire d’amour qui la lie à son père. Ce «géant» aux pieds d’argile, est un poète qui noirci des pages en fumant des cigarettes. Il n’appartient à aucun courant politique, une liberté qu’il paye cher. Le silence est leur terreau, le récit fait alterner sa voix avec la sienne. Sur les terrasses des différents appartements occupés, jasmin, thym, marjolaine en pot les protègent, les enchantent. Il lui apprend les noms des plantes, leurs parfums, un lien indestructible se tisse. Il pleut des bombes sur Beyrouth, la vie est irrespirable, chaotique, avec sa mère et son frère ce sera l’exil pour Paris. Douloureuse séparation avec le père.

Dima Abdallah a remporté plusieurs prix littéraires : lauréate du Prix, « Envoyé par la Poste » 2020, Prix France-Liban de l’ADELF 2020, mention spéciale du Prix Phénix de littérature 2020, et Prix des lecteurs 2021 de l’Escale du Livre.